Critique de Alain Fondacci sur Dessine-moi un chat de Schrödinger

De Virginie Langlois et Philippe Granarolo
 
Chez Vos libraires préférés.
 
C’est dans un parcours du sens (en référence à la logique du sens de Deleuze) et à un parcours des sens que nous entraînent les auteurs.
Cet ouvrage n’est pas seulement une prouesse ludique – et en soi cette dimension est délicieuse mais aussi capitale – mais aussi une véritable leçon de choses comme dans ces temps désormais anciens où l’on étudiait la pomme sur la table ,du regard, avec la main, le nez, l’oreille tendue vers le professeur, et puis la promesse du goût. Je ne savais pas alors que la saveur de la philosophie prenait cette forme ronde et succulente, prélude du jeu qui crée ensemble la gravité et la légèreté.
Nous vérifions grâce aux auteurs que la philosophie est une danse, aux pas facilement retrouvés, ou encore une agape copieuse et pourtant légère et digeste.
Mais au-delà de ces considérations, nous découvrons page après page, l intuition dense défilée en émouvante dentelle, vers ce que les psychanalystes nomment l’archaïque, ou plus simplement la construction de la réalité psychique.
Il est toujours très émouvant de partager ce moment avec quelqu’un et c’est ce genre de cadeau que nous font les auteurs. Il y a de la grâce là- dedans.
 
Alain Fondacci
 
Vous aimez, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *