Tous les articles par Parole

L’homme semence sur France Culture, dans «La fabrique de l’histoire», jeudi 20 juin 2019

L’homme semence fête ses 100 ans en ce 19 juin 2019 !
et il est de plus en plus en forme… à tel point que Victor Macé de Lépinay a eu envie de lui consacrer une émission entière de «La fabrique de l’histoire» sur France Culture.
Elle sera diffusée jeudi 20 de 9h à 10h.
Un rendez-vous passionnant sur France Culture donc, mais si vous le loupez, vous pourrez toujours le retrouver sur le site de l’émission, nous vous donnons quelques infos et l’accès ci-dessous.

Votre
                                    Image de Bannière

« L’homme semence : une moisson d’histoire(s) »
Un documentaire de Victor Macé de Lépinay,
Réalisation : Thomas Dutter
Prise de son : Laurent Lucas

C’est un tout petit livre, « L’homme semence ». Trente pages. Trente-deux en comptant la préface.
Sur la couverture, un spermatozoïde violet, et quelques mots : « éditions parole« , « collection main de femme », ainsi que le titre bien sûr, et le nom de l’auteure, Violette Ailhaud, dont on ne connaît pas d’autre ouvrage.
Attirant… Un peu intrigant… Allez, on y jette un œil ! Et puis c’est si court : on ne perdra pas trop de temps.

Cela commence par une préface donc, et une note de bas de page de l’éditeur. L’histoire que l’on va lire se passe en 1852, dans un village des Alpes de Haute Provence dont les hommes ont disparu, raflés par les soldats du tout nouvel empire de Napoléon III. Tous les hommes !
Soixante sept ans plus tard, en 1919, Violette Ailhaud se souvient, et écrit. Le récit sera découvert en 1952, et publié pour la première fois en 2006. 

Et ça commence : « Ça vient du fond de la vallée. Bien avant que ça passe le gué de la rivière, que l’ombre tranche, comme un lent clin d’œil, le brillant de l’eau entre les Iscles, nous savons que c’est un homme ».

C’est bien écrit. Mais tous les livres bien écrits ont-ils la reconnaissance qu’ils méritent ? Celui-là a connu le succès, et sans grand soutien dans les médias : 30.000 exemplaires vendus, des traductions dans cinq langues et bientôt davantage, des adaptations en bande dessinée, au cinéma, et surtout sur scène par plusieurs dizaines de compagnies. Pourquoi ?

Pour fêter les cent ans du texte, l’éditeur organisait des rencontres au début du mois de juin 2019, au monastère de Ségriès, à Moustiers Sainte Marie (04), avec des artistes, des universitaires, et des gens de la région ou d’un peu plus loin. Nous y étions pour essayer de comprendre ce que raconte le succès de ce livre. Nous y avons entendu évoquer une mémoire que l’on nous a dit trop oubliée, celle de l’insurrection républicaine de 1851 (voir L’Association 1851-2001 pour la mémoire des Résistances républicaines), nous y avons écouté parler de luttes, de femmes, d’édition « sans pesticide et en circuit court », de littérature, de mythe. Et de mystère aussi !

Car au fait, qui est-elle cette Violette Ailhaud ?

Avec :
Jean Darot, éditeur,
Laura Brignoli, professeure de littérature française à l’Université Iulm de Milan,
Jean-Marie Guillon, historien, professeur émérite de l’Université d’Aix-Marseille, membre de l’association 1851
Jean-Christophe Labadie, directeur des archives départementales des Alpes de Haute Provence,
Rufus, comédien,
Soumaïla Zoungrana, metteur en scène,
Marie Avril, comédienne,
et Maryse Morel

Merci à
La compagnie du Simorgh
La compagnie Ocus
La compagnie La Gouaille
La compagnie Crue
Merci également à l’équipe du monastère de Ségriès.

À paraître le 20 juin 2019 : Pourquoi partir ? Le rêve australien de Juliet Schlunke

Pourquoi partir ? Le rêve australien

Juliet Schlunke

Collection Main de femme

Parution : 20 juin 2019

128 pages

Aller voir ce qui se passe derrière la colline qui barre son horizon a permis à l’être humain de conquérir la totalité de la planète Terre. Mais le besoin de la découverte n’a pas été sa seule motivation, loin de là. Trouver sa nourriture, fuir la misère, l’insécurité, la guerre ou sa propre famille a poussé hommes, femmes et enfants à prendre le risque d’aller ailleurs. L’importante migration de familles allemandes vers l’Australie à partir de 1830 est mal connue. Dans ce roman, inspiré par les écrits de son père, l’Australienne Juliet Schlunke a voulu nous dépeindre l’histoire de ces migrants, leurs aventures et les difficultés d’intégration qu’ils ont connues.

La construction de la maison en livres, à Forcalquier, en images !

C’était le 26 mai 2019, avec Willy, Chantal, Luc, Anaïs et Soum.

Venez rencontrer Mireille Barbieri au Festival du livre à Nice, les 31 mai, 1er et 2 juin 2019

Les 31 mai, 1er et 2 juin 2019, au Festival du livre de Nice sur le stand de L’ÎLE DES POÈTES, 
vous pourrez rencontrer Mireille Barbieri autrice de C’était en février et À l’encre violette romans parus aux éditions Parole, dans la collection main de femme.
 
 
 

En savoir plus sur :

À l’encre violette

C’était en février

Réédition de La chèvre de Monsieur Crétin d’Olivier Soria, dans la collection La mescla

La chèvre de Monsieur Crétin
Les frasques écologiques de l’être humain racontées par un olivier

Olivier Soria

Collection La mescla

Parution : 30 mai 2019

184 pages

« Nous prétendons consommer à crédit jusqu’au bout dans l’espoir vain de nous enrichir à notre guise ? Eh bien, écoutez un peu l’histoire de la chèvre de Monsieur Crétin et, peut-être, percevrez-vous ce que nous pourrions gagner à vouloir vivre en considérant l’altérité. »

Ouf ! Enfin, un livre qui allie plaisir et prise de conscience. À l’écart d’une écologie culpabilisante et moralisatrice, triste surtout, le conte La chèvre de Monsieur Crétin  nous apporte de la délectation, aussi bien dans la forme que dans le fond.

Pour les grands comme pour les petits.

À paraître le 20 mai : La table de Joseph de Christine Demarchi, dans la collection Main de femme

La table de Joseph

Christine Demarchi

Collection Main de femme

Parution : 20 mai 2019

336 pages

Dans « La table de Joseph », son premier roman, Christine Demarchi aborde la question de la transmission. L’industrialisation, le passage du bois au formica a entraîné un clivage entre les générations. Elle nous parle des passages. Celui d’un temps à un autre. Celui de la naissance d’un enfant, qui nous fait devenir parents. Vieillir et grandir encore. Elle approche aussi celle de la communication, notamment dans le couple où l’on vit souvent sur des planètes différentes.

L’homme semence a 100 ans, les 7 et 8 juin 2019 ! Demandez le programme ! et réservez

En 1919, Violette Ailhaud écrit L’homme semence, qui raconte le vécu des femmes d’un village de haute Provence dont les hommes sont emportés par la répression qui suit le soulèvement des républicains contre le coup d’État de Napoléon III en 1851. Publié en 2006, ce texte universel fait le tour du monde. Il est interprété au théâtre par de nombreuses troupes et au cinéma.

PROGRAMME

Le vendredi soir sera réservé au cinéma et au contexte historique avec la projection du film Le semeur, à 20 h 30, et une discussion débat avec la réalisatrice et les historiens de l’Association 1851.

Pendant la matinée du samedi, de 10 h à 12 h 30, les différents porteurs présents échangeront au cours d’une table ronde sur leurs motivations, leurs regards, leurs souhaits, leurs projets. Interviendront également des universitaires, des journalistes, des critiques, des historiens.

L’après-midi et la soirée seront ponctuées de plusieurs interprétations théâtrales (présentation, répétition ou spectacle complet) :

– à 14 h 30, la compagnie « Les crues » de Lézat-sur-Lèze en Ariège, sous le grand tilleul,

– à 16 h 30, « La compagnie du Simorgh » de Bruxelles, dans la chapelle,

– à 18 h, 30 la compagnie « La Gouaille » de Lombard dans le Doubs (25) qui monte L’homme semence dans le cadre du bicentenaire du peintre Gustave Courbet en liant le texte au tableau Les demoiselles de village. Cette dernière troupe sera accompagnée par des représentants du département du Doubs,
dans la chapelle,

– à 21 h, la compagnie « Ocus » de Rennes en Ille-et-Vilaine, dans la grande cour.

Seront également présents : le metteur en scène et comédien Soumaîla Zoungrana du Burkina Faso qui travaille sur le projet, ainsi que d’autres interprètes (troupes, metteurs en scène, comédiens).

Parmi les invités à venir nous rejoindre qui se sont dits partants : Nancy Huston qui a traduit L’homme semence en anglais, le comédien Rufus, Thierry Gillybœuf (écrivain, traducteur et critique littéraire), Laura Brignoli (professeure de littérature française à l’Université Iulm de Milan), Victor Macé de Lépinay de l’émission La Fabrique de l’Histoire sur France Culture qui compte faire une émission sur l’histoire du livre et son contexte historique.

Pass à 30 pour les 4 entrées (film + 3 spectacles de théâtre)
Entrée gratuite pour les moins de 15 ans.

RÉSERVATION
Vous pouvez dès à présent réserver vos billets en cliquant sur :

Samedi midi et soir, buffet à 10 (5 pour les moins de 15 ans)

Édition revue et augmentée de Jean Giono et le pacifisme – 1934-1944, de la paix à la guerre de Jack Meurant

Jean Giono et le pacifisme

Jack Meurant

Collection Le temps d’apprendre

Parution : mars 2019

148 pages

Entre 1929, date de parution de son premier roman, et avril 1935, Jean Giono connaît une ascension littéraire exceptionnelle. Il fait l’objet de critiques élogieuses et il est lu par un public très nombreux et varié. Ce qui caractérise la période suivante, c’est le tarissement constaté de sa veine romanesque, à tout le moins un affaiblissement avéré de son activité. C’est le temps où il se consacre en premier lieu à la politique, avec « l’aventure du Contadour » qui se déroule à son instigation, puis la rédaction et l’édition d’œuvres pacifistes.

Après avoir renié ses engagements et accepté sa mobilisation en septembre 1939, s’ouvre un temps dont à l’évidence il ne comprend, ou ne veut comprendre, ni la gravité effarante, ni les conséquences dramatiques.

Dans le présent livre, Jack Meurant étend le champ de ses investigations et nous fournit de manière claire et documentée une explication globale de l’attitude de Giono pendant les dix années passées en revue. Il nous fait ainsi découvrir un personnage que jusqu’alors ses proches et ses biographes avaient peu dévoilé.

À paraître : Olympe, une graine, un bébé ou l’histoire d’une naissance médicalement assistée de Marie-Pierre Aiello

Olympe, une graine, un bébé
ou l’histoire d’une naissance médicalement assistée

Marie-Pierre Aiello

Collection Pourquoi ?

Parution : 20 mai 2019

52 pages

Comme chaque livre de la collection « Pourquoi ? », « Olympe » est une clef. Une clef pour aborder un sujet particulier avec nos enfants, petits ou grands, une clef pour ouvrir une fenêtre de dialogue et répondre aux nombreux « Pourquoi ? ».

Avec « Olympe, une graine, un bébé », on aborde la question de la procréation médicalement assistée, cette fameuse PMA dont les médias ou les polémiques parlent tant sans nous en expliquer le sens. On comprend alors comment les couples et les femmes qui n’arrivent pas à avoir d’enfants peuvent devenir parents grâce à la médecine au travers d’un don de sperme.

Spectacle : L’homme semence par la Cie Art et Nuits Blanches Compagnie en résidence, le 28 mai 2019 à Soissons

Au Mail scène culturelle, à 20h30

Aux lendemains d’un coup d’état, Violette et toutes les femmes d’un village se retrouvent seules pour faire face au travail des champs, au quotidien, à la vie.

C’est l’histoire d’un village sans hommes, d’un serment qui lie les femmes de ce bourg des Basses-Alpes.

Au travers de ce texte présenté comme une histoire vraie, l’auteure nous questionne sur ce qui reste toujours d’actualité les rapports hommes femmes mais aussi sur l’engagement, la répression… la démocratie.

Une création locale de la compagnie Arts et Nuits Blanches co-produite par le Mail-Scène Culturelle et la Ville de Soissons.

D’après : L’homme semence de Violette Ailhaud

Adaptation au théâtre : Sylvie Heyvaerts

Mise en scène : Fernand Mendez

Compagnie : Art et Nuits Blanches Compagnie en résidence

COPRODUCTION LOCALE : Compagnie Art et Nuits Blanches

Le Mail Scène culturelle
7 rue jean de dormans
02200 Soissons
03 23 76 77 70

Je réserve

Faire un tour sur le site

En savoir plus sur L’homme semence

Conférence de Jack Meurant sur Jean Giono et le pacifisme 1934-1944, le 3 avril à Manosque

Centre culturel & littéraire Jean Giono

Jean Giono et le Pacifisme 1934-1944

Conférence mercredi 3 avril 2019 à 18h30 

proposée par le Centre Jean Giono et l’association des Amis de Jean Giono 

avec Jack Meurant,    

vice-président de la Société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence

et membre du Conseil d’administration de l’association des Amis de Jean Giono.

Depuis plus de trente années, Jack Meurant donne des conférences, en France mais aussi en Allemagne, sur le thème du pacifisme de Jean Giono.

Il a d’abord limité son étude à la période s’étendant de 1934 à 1939 puis a étendu sa recherche jusqu’à l’année 1944, incluant de ce fait la 2e Guerre mondiale.

En présentant des éléments factuels, ignorés ou mal connus, il donne à ses auditeurs la possibilité de prendre position et de  se forger une opinion.

Entrée gratuite sur réservation

04 92 70 54 54

Spectacle : Djamil, le crocodile qui perdit ses dents, le 28 mars 2019 à Villeneuve (04)

Venez assister au spectacle Djamil, le crocodile qui perdit ses dents, qui sera joué le jeudi 28 mars à 18h dans la salle des fêtes de Villeneuve (04), en clôture de La Grande Lessive.
 
Djamil, le crocodile qui perdit ses dents est un conte musical qui fait rire et réfléchir les enfants et leurs parents sur les thèmes de la différence et l’acceptation de soi.
 
Durée : 1 heure
Spectacle familial à partir de 6 ans

Vous pouvez voir ou revoir la vidéo de présentation du spectacle en cliquant sur le lien suivant :

Djamil, le crocodile qui perdit ses dents
Florence Lanéelle
06 44 08 06 49

En savoir plus sur le livre Djamil, le crocodile qui perdit ses dents