Daniel Nahon nous dévoile sa vie dans Dernière lettre à Irène

Dernière lettre à Irène est un roman d’amour, un de plus, direz-vous, mais celui-ci est exceptionnel pour plusieurs raisons.

D’abord, parce qu’il dure une vie entière, et pas n’importe laquelle. Construit comme une saga contemporaine, sur fond historique et social, c’est toute la vie professionnelle et personnelle de Daniel Nahon qui se déroule. Il s’agit bien d’une autobiographie, et si l’auteur l’a (à peine) déguisée, ce n’est pas par coquetterie mais par pudeur. Parce que d’habitude, il écrit des livres scientifiques.

Rapidement, au fil des pages, tout prend de la densité. L’écriture se déploie, chamarrée, chatoyante, dans des descriptions magnifiques où la terre, les paysages, les senteurs nous offrent toutes leurs couleurs, mais surtout, Daniel Nahon nous transmet le plus intime de sa vie. C’est un don qu’il nous fait, le don de son histoire.

On chemine avec lui dans la construction, grâce à Irène, de son parcours professionnel de scientifique mondialement reconnu et dans ses pensées. Il dit aussi ce que, sans elle, sans son soutien infaillible, il aurait pu devenir.

Alors, au-delà d’Irène, c’est à toutes les femmes que Daniel Nahon rend hommage, à toutes celles qui, dans l’ombre, portent et accompagnent avec, en filigrane, la Terre, celle qui nous porte tous, omniprésente dans la construction de l’homme qu’il est. Il la magnifie, comme il le fait pour Irène, et sous-entend l’importance d’en prendre soin. De l’une et de l’autre, de la femme aimée et de la planète qui nous abrite.

Dernière lettre à Irène

Daniel Nahon 

Collection Chemins faisant

Parution : 25 juillet 2020

268 pages

En savoir plus

Vous aimez, partagez !

Le pain, le levain et les gènes fait peau neuve. Redécouvrez le livre de François Roddier dans la collection «Curieux par nature»

Voici un livre singulier, dont on ne saurait trop recommander la lecture. Singulier parce qu’il entrecroise un destin personnel, celui de l’auteur, dont le plaisir de vivre fut parasité par un problème de santé, et celui de l’auteur, astrophysicien de renommée mondiale.

Quel est le propos de cette « fusée à trois étages », comme aime à la présenter François, trois « étages » qui de notre nourriture nous conduit à nos gènes, et de là à l’évolution de l’Univers dans laquelle s’inscrit l’évolution de l’humanité ? Sans déflorer le plaisir de la lecture, mais au contraire pour y inciter, nous pouvons le présenter ainsi :

C’est à la fin de sa vie active que le jeune retraité François Roddier réalise que le problème de santé qui empoisonna sa vie est causé par une non-adaptation de ses gènes. Ses gènes sont inadaptés à notre nourriture actuelle : François souffre d’une ingestion de protéines contenues dans le gluten des céréales. À partir de ce diagnostic, François non seulement fait son pain, et s’en trouve bien mieux, mais il tire de façon fascinante le fil de l’évolution de l’espèce humaine et des sociétés qui se sont succédé depuis l’apparition de l’Homo sapiens.

Des recettes de pain terminent ce remarquable petit ouvrage.

Le pain, le levain et les gènes

François Roddier 

Collection Curieux par nature

Parution : 25 juillet 2020

148 pages

En savoir plus

Vous aimez, partagez !

Spectacle : Djamil, le crocodile qui perdit ses dents, mercredi 29 juillet 2020 à St-Martin-de-Crau (13)

Nous sommes très heureux de pouvoir enfin vous retrouver !

Grâce à la Médiathèque de Saint-Martin-de-Crau, avec le concours de la piscine municipale, nous jouerons notre spectacle Djamil, le crocodile qui perdit ses dents pour les «Contes au bord de l’eau» le mercredi 29 juillet à 19h à la piscine municipale de Saint-Martin-de-Crau (13).

L’entrée sera libre mais la réservation sera indispensable, en raison de la jauge limitée par le contexte sanitaire, au 04 90 47 27 49.

La baignade sera possible après le spectacle (fermeture de la piscine à 21h).

Djamil, le crocodile qui perdit ses dents est un conte musical qui fait rire et réfléchir les enfants et leurs parents sur les thèmes de la différence et l’acceptation de soi.

Durée : 1 heure

Spectacle familial à partir de 6 ans

Vous pouvez voir ou revoir la vidéo de présentation du spectacle en cliquant sur le lien suivant :

 

Au plaisir de vous rencontrer ou de vous revoir,
Bel été !
 
Djamil, le crocodile qui perdit ses dents
Florence Lanéelle
06 44 08 06 49
Vous aimez, partagez !