Prison

«Les bibliothèques sont de merveilleux espaces de liberté». C’est ce que m’a dit un détenu cet après-midi, un de ceux que j’accueille entre les murs gris et fades de cette salle un peu lugubre. Les livres y sont parqués, au garde-à-vous, serrés, un peu éteints, peu sollicités. Un très faible pourcentage de prisonniers lisent, mais pour ceux-là, en effet, la bibliothèque est un merveilleux espace de liberté. À un moment, j’ai levé les yeux et j’ai suivi le regard d’un de ces hommes, il fixait un rayon de lumière qui filtrait au travers des barreaux.

Vous aimez, partagez !

Écrans…

Ceux qui s’en sortiront sont ceux qui auront dressé, entre eux et le « monde d’après », la plus efficace des barrières. Pas la distanciation, ni la désinfection, ni la crainte de son voisin, de son parent, de son collègue de travail ou de l’inconnu. Ils ne contournent pas les règles, ils veulent bien les respecter mais ils éprouvent la nécessité de les comprendre. Pourquoi ? Parce que leurs écrans ne sont pas ceux des TV bleutées qui clignotent dangereusement dans chaque foyer et qui, insidieusement, formatent en distillant la peur, culpabilisent et infantilisent. Leurs écrans sont leurs lectures, saines barrières contre la pensée unique, dangereux moteurs de l’esprit critique. Quand je suis lasse d’entendre et de voir ce que l’on veut faire de nous, j’ouvre un livre et je plonge dedans. Ainsi, il me protège, du nez au menton, du plus terrible des virus… celui de la bêtise.

Vous aimez, partagez !

Après Le petit carnet des éditions Parole, découvrez le hors-série «On décide quoi demain?»

Face à cette crise sanitaire, nous avons essayé de penser des choses réellement nouvelles tout en gardant à la fois notre bonne humeur, notre dynamisme et notre faculté d’émerveillement. De cette alchimie est né le «Petit Carnet des Éditions Parole», un carnet vivant, enrichi chaque jour par notre équipe et nos auteurs. Ensemble nous l’avons construit au fil du confinement. Oralité, lectures à voix hautes, partages d’idées et d’initiatives inspirantes ont constitué ses fondations.

Page 31 du Petit carnet, nous titrons : «Inventons le monde d’après « Penser autrement». Aujourd’hui, nous avons décidé d’ouvrir ces pages à ceux qui peuvent nous aider à inventer le monde, à penser autrement dans un Hors Série dédié : «On décide quoi pour demain?»

Dans celui-ci, nous proposons à des scientifiques, des philosophes, des chercheurs, des artistes, des auteurs, des acteurs du territoire, de la biodiversité… de considérer cet espace comme un outil de réflexion et de diffusion. On y trouvera des publications émanant de contributeurs d’horizons multiples, ayant un vrai regard, une capacité d’analyse, de propositions et de projections pour nous faire réfléchir, rêver, vibrer… dans le but d’inventer, le monde d’après ! 

Vous aimez, partagez !

Marque-page

Le souci de remplir utilement ce temps imposé semble avoir été l’objectif, avoué sinon tenu, de nombre d’entre nous. Moi aussi, les premiers jours, devant cette infinité d’heures, de jours, de semaines, m’était venue l’idée de me remettre à la guitare, d’améliorer deux ou trois langues étrangères, d’achever quelques bricolages en attente de finition… et puis non. Un matin, en rangeant un tiroir, mes godets d’aquarelle m’ont fait de l’œil, le besoin d’occuper mes mains a fait le reste. J’ai découpé de petites bandes dans un papier à grain, percé une extrémité pour y glisser un pompon coloré, et peint quelques motifs à coup de pinceaux fins et de couleurs à l’eau. Une trentaine de marque-pages ont ainsi été produits sur un coin de table, sur des airs de Bach et de Vivaldi, avec le printemps qui me narguait à la fenêtre. Envoyés par la poste aux amis chers qui me manquaient. Marque-page, marque d’amitié, la marque de ces liens distendus un temps mais réinventés. J’ai reçu en retour, un disque, un bracelet de perles enfilées par une enfant, un livre, une carte postale… Ces marque-pages viendront se glisser entre deux pages, dans l’attente d’un retour au livre, comme nous avons été, entre nos murs, dans l’attente… de quoi ?… de ce qui nous reste à inventer, maintenant.

Vous aimez, partagez !

Dernière lecture en confinement : Claude nous lit des extraits du premier roman de Muriel Roche, Fusil

Claude, pour sa dernière lecture en confinement dans… Les lectures de confinement ! Aujourd’hui c’est du livre Fusil de Muriel Roche dont elle va nous lire des extraits.

Un très beau texte, intense et poétique, publié en janvier 2020.

à écouter sur notre page Facebook

En savoir plus sur Fusil

Vous aimez, partagez !

Respiration…

Et puis il y a des textes qui se lisent à haute voix… À la lecture de la première phrase, on sent bien qu’il nous manque quelque chose parce que les mots se sont enchaîné si souplement, dans une seule respiration, un seul soupir, qu’il nous vient l’impérieuse nécessité de les prononcer, d’en ressentir le souffle. Certains auteurs écrivent leurs mots sur une partition, composent, de façon innée, des mélodies en sourdine, entre les lignes. Les lecteurs dont l’œil est musical ne pourront s’empêcher d’interpréter ce texte, de faire vibrer ses sonorités, d’en savourer chaque ponctuation. Et puis il y a celles et ceux dont c’est le métier. Ceux dont la voix profonde et vibrante va faire résonner les mots au plus profond de l’âme, ceux qui vous suspendent à leurs lèvres. J’en connais quelqu’une, que vous connaissez aussi, dont la voix me subjugue à chaque fois et m’hypnotise, me rend captive volontaire et m’entraîne à sa suite dans le tourbillon des mots, magnifiant le travail de l’écrivain. Amis auteurs, vous pouvez lui dire merci, nombre de vos écrits m’ont été révélés par cette voix de sirène écorchée aux coraux, pas de celles qui vous saisissent aux chevilles pour vous entraîner dans les noires profondeurs, mais de celles qui vous attrapent par les oreilles pour vous lancer plus haut en vous racontant des histoires.

Vous aimez, partagez !

Claude, aujourd’hui, nous lit des extraits du livre de Daniel Nahon : Le réchauffement climatique commence sous nos pieds

Claude, en direct  sur le groupe Les lectures de confinement pour nous lire des extraits du livre Le réchauffement climatique commence sous nos pieds de Daniel Nahon.

Expert mondialement reconnu dans la géochimie des sols, l’auteur nous explique concrètement comment ces derniers se sont dégradés depuis les débuts de l’Humanité. D’après lui, la protection des sols est indissociable, et même l’enjeu principal, de la lutte contre le réchauffement climatique.

Mais rassurez-vous, après la phase de compréhension… vient l’action ! Daniel Nahon ne nous laisse pas seul face à ces tristes nouvelles et nous explique comment agir en tant que citoyen pour préserver notre jolie planète.

à écouter sur notre page Facebook

En savoir plus sur Le réchauffement climatique commence sous nos pieds

Vous aimez, partagez !

Ils viennent d’arriver dans Le petit carnet…

• On en parle et on partage :

> Fusil, de Muriel Roche,  chroniqué dans l’émission « Service de presse » de François Bon, en page 7

> Le petite vie des gens de Parole : Cécile et Charlotte, en page 7

> Seconde vidéo d’Olivier Denizet : Le plus petit festival du monde, en page 10

• Lectures :

> Les derniers épisodes de Majid (le 15e sera mis en ligne samedi), l’intégralité restera disponible, en pages 14-15

> Nouveau feuilleton qui débute mercredi : L’île de Luisa Myrial

• Rencontres :

> Philippe Granarolo : à propos de philosophie quantique, en page 25

> Nancy Huston nous reçoit chez elle pour parler de Sois belle – Sois fort, libraires, éditeur et lecteurs en parlent aussi, pages 26 à 33

> Pierre Micheletti : à la rencontre d’un médecin du monde, en pages 34-35

Tout découvrir !

Vous aimez, partagez !