Critique : Babelio parle de À l’encre violette de Mireille Barbieri

 À l’encre violette est un livre choral comme Mireille Barbieri en a la manière et le secret. C’est une pièce de bois qui se tourne, révèle sa matière et ses facettes, anoblit son lecteur par la force transmise. Les destinées de ses caractères – car ils sont plus que des « personnages » – tracent des cernes puissantes comme autant de chemins dans l’épaisseur du vivant. de l’Italie à la nouvelle Amérique, ils nous conduisent à cette lucidité vibrante que révèle le panorama entrevu au soir d’une vie. Tout cela mû par l’énergie fiévreuse du désir. L’énergie mécanique du voyage en train, puis en bateau, mastodontes d’acier qui labourent les paysages avec, à leur bord, les fragiles migrants. L’énergie des idéaux défendus, perdus. Celle des sentiments bafoués, portés malgré tout. le fil violet du récit coud tous ces mondes et de cette tension se nourrit sa puissance – de l’espace entre ces vies, de ce que l’auteur noue et dénoue puis resserre. Un texte simplement vivant, inspiré, limpide, dressé dans une apaisante humilité.
Philippetto – 9 février 2019
 
En savoir plus :

Parution le 15 février de Si je cessais de vous écrire… de Gilles Vincent, dans la nouvelle collection Regard d’homme

Si je cessais de vous écrire…

Gilles Vincent

Collection Regard d’homme

Parution : 15 février 2019

130 pages

Le choix de l’intranquillité
Pourquoi Emma choisit-elle l’intranquillité en répondant aux lettres d’un inconnu ? Que lit-elle entre les lignes de celui qui l’entraîne dans la danse de leur correspondance ? Pourquoi dévoile-t-elle ses blessures profondes en écho à ses mots à lui ?
Ce roman, baigné de musique, de peinture et de suspens, tresse deux existences passionnées qui remettent en jeu leurs tragédies dans une subtile chorégraphie des sentiments. Alors que l’on pensait le mystère dévoilé, la rencontre rebondit sur un chaos de la relation.
Connu et récompensé pour ses polars et ses romans noirs, Gilles Vincent sort cette fois-ci de sa route habituelle. En empruntant ce que l’on pourrait penser être un chemin de traverse, il nous entraîne dans une réalité qui réveille quelque chose en nous.

La tournée de Pierre Micheletti, autour de son livre Une mémoire d’Indiens, de février à mai 2019

• 14/02 – Librairie Charlemagne – La Seyne-sur-Mer (83)

• 15/02 – Librairie Goulard – Aix-en-Provence (13)

• 16/02 – Librairie le Bleuet – 10h – Banon (04)

• 13/03 – Librairie les Parleuses – 18h-20h – Nice (06)

• 14/03 – Librairie Maupetit – 17h – Marseille (13)

• 15/03 – Librairie Regain – Reillanne (04)

• 16/03 – Librairie Caractère Libre – 10h30-13h – Aups (83)

• 25-26/05 – Librairie Cajelice – Salon du livre du Grand-Narbonne – Narbonne (11)

• 28/05 – Festival Diversival – Librairie Clareton des Sources – Vendres (34)

En savoir plus sur Une mémoire d’Indiens

Spectacle L’homme semence par la Cie Les Valentins, dimanche 17 février, à Nîmes

L’homme semence d’après l’œuvre de Violette AILHAUD

Création 2019 de la Cie Les Valentins en co-production avec Ultra Production.

Dimanche 17 février à 17h au Télémac Théâtre, 14 rue Fernand Pelloutier, Nîmes

Un texte autobiographique de Violette AILHAUD, à l’écriture franche et imagée qui parle d’amour, du désir féminin et de la Liberté, interprété par Agnès Fogli sur une mise en scène de Jean-Pierre Roesel-de-Oro.

 

En savoir plus sur L’homme semence :