Chaconne

5.00 de 5 basé sur 1 vote client
(1 avis client)

14,00 

Auteur
Jean-Pierre Vaissaire

Catégorie :

Description

Femme de chair ardente, à la beauté primitive presque d’un autre monde, Chaconne nous entraîne dans une danse enflammée à la poursuite de ses rêves : retrouver ses origines et danser. Depuis sa naissance en Provence, d’est en ouest d’une Europe intemporelle, rien ne fait dévier cette femme éruptive et décalée d’un destin qui n’est rien d’autre que sa volonté intérieure.
Bien plus qu’un roman, Chaconne est un conte par son rejet de la vraisemblance, l’émotion qu’il réveille en chacun d’entre nous, un feu d’artifice qui nous bouscule et nous invite à la réflexion. Chaconne est la transcription romanesque de la Ciaccona de la seconde partita en ré pour violon seul de Jean-Sébastien Bach, œuvre musicale qui poursuit l’auteur depuis son enfance. Lire un extrait et aussi sur http://chaconnejpv.blogspot.fr/

Jean-Pierre Vaissaire est né en 1951. Cambrioleur à 12 ans, maçon à 17, marchand de crêpes, éleveur de volailles, enseignant le français à la Michigan State University à 25, puis méditant dans les Alpes, artisan-menuisier, il aime dire que sa vie, libre, est une succession de fugues. Il échappe ainsi aux parents, à l’école, l’armée, la carrière, le mariage, la télévision, l’enfermement, la ville, la banalité. Il vit dans le Var, cherchant à apaiser sa soif d’espace et de liberté,comme les héros de ses livres. «Chaconne» est son troisième roman.

Information complémentaire

Poids 226 g
Dimensions 21 x 13 x 1 cm

1 avis pour Chaconne

  1. 5 sur 5

    « Ce livre est un cri, c’est un chant issu du ventre de la terre et porté par le vent.

    Longue mélopée de la vie, de ses prémices mystérieuses jusqu’à son terme tout aussi mystérieux. Cycle, large boucle d’arabesques, de chutes en renaissances, porté par un destin inexorable. Sensualité sauvage, instinctive des origines, quête infinie du sens de notre présence au monde, pureté de ceux qui savent comme une évidence ce qu’ils ne savent pas. Du début à la fin, c’est le destin qui mène la danse, il est en même temps le chef de chœur et le chorégraphe.

    Long poème, sans dialogue que la moindre parole éclabousserait. Chant du silence ! »

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *