Archives de catégorie : Les nouveautés

Nouveauté à sortir début février : Le cadeau de l’amant et autres contes d’amour de Violaine Warin

Le cadeau de l’amant et autres contes d’amour

Violaine Warin

Collection La mescla (petit format)

Parution : février 2017

Il s’en est écrit des histoires d’amour, des histoires souhaitées, rêvées, imaginées.
Celles-ci viennent d’ailleurs. Belles et étranges, elles nous font dépasser les bornes, quitter la route de l’amour ordinaire. Elles nous grisent pour quelques minutes, quelques secondes seulement. Mais leur parfum reste pour longtemps, indéfinissable, inoubliable, obsédant. Elles forment comme un souvenir secret, une blessure qui ne se referme pas.

Du même auteure retrouvez dans la même collection :
Un gecko dans la calebasse et autres histoires extraordinaires

  existe au format Ebook dans la collection Parole de liseuse

et dans la collection Main de femme :
Femmes lunes

Sois belle / Sois fort de Nancy Huston dans la collection main de femme

2-COUV-SOIS-BELLE-SOIS-FORT

Sois belle / Sois fort

Nancy Huston

Collection Main de femme

Parution : septembre 2016

Sois belle / Sois fort est un double essai qui reprend l’essentiel de deux conférences données par Nancy Huston : « Belle comme une image » et « Damoiseaux en détresse ». Point de vue sans concession, il permet de mieux comprendre et accepter les forces et les faiblesses des hommes et des femmes, la part animale qui les assemble et les oppose ainsi que leurs souffrances respectives dans notre monde actuel. Ce petit livre à deux faces nous fait profiter du regard clair de Nancy Huston sur des questions souvent mal posées. Ses propositions concrètes font la part belle à l’urgence d’éduquer. C’est un cadeau à s’offrir et à offrir.

Sortie en août, après La guerre des moissons, Le jour maudit de Raymond Jardin

COUV-LE-JOUR-MAUDIT

Le jour maudit

Raymond Jardin

Collection La mescla

Parution : août 2016

Ce jour-là, le ciel s’est ouvert. Des trombes d’eau se sont abattues sur la terre. Elles ont balayé la vie, fait courir les contrebandiers et les morts avant d’emporter, en un tsunami furieux, le village-île qui dormait inconscient entre les bras de la rivière.
Dans cette épopée rocambolesque qui nous fait couler des montagnes du Mercantour et du mont Viso jusque dans les vallées, Raymond Jardin, qui nous a quittés en 2013, nous offre un roman truculent. En ouvrant cet ouvrage, le lecteur entendra peut-être le bruit des sabots du cheval fantôme. Celui de la violence de l’eau ne lui échappera pas.

Nouveauté, sortie début juillet : Paroles d’avant l’oubli d’Emma Sanz-Delzars

 

COUV-PAROLES-D-AVANT-L-OUBLI

Paroles d’avant l’oubli
La retirada. Une famille dans l’exode des républicains espagnols en 1938 et 1939

Emma Sanz-Delzars

Collection Le temps d’apprendre

Parution : juillet 2016

Le putsch des militaires contre la république, les 17 et 18 juillet 1936, déclenche la guerre civile espagnole entre nationalistes et républicains. Cette guerre meurtrière aboutira, le 1er avril 1939, à la dictature du général Franco, dictature qui durera 36 ans.
Cette longue nuit espagnole, l’Histoire nous l’a apprise. Mais que savons-nous de cette retraite, la « Retirada », de milliers de familles républicaines vers la France, exode qui donnera naissance aux premiers camps de concentration en Europe ? Grâce au témoignage d’Emma Sanz-Delzars, nous vivons au plus près d’une réalité qui se répète, comme si l’histoire de l’Humanité était prise de hoquet. Avec sa famille, nous marchons et traversons les Pyrénées enneigées dans un sauve-qui-peut pathétique. Dans le pays qui accueille ces réfugiés, nous partageons leur quotidien fait de quelques petits bonheurs et d’innombrables peines. Nous sommes au cœur de la peur, de la souffrance et de la fierté. Ce livre d’une porte-parole nous apprend ce qui s’est passé et nous invite à ne pas oublier.

Nouveau roman historique dans la collection La mescla : Moi, Ambroise Paré de Daniel Picard

COUV-MOI-AMBROISE-PARE

Moi, Ambroise Paré, chirurgien de guerre, aimé des rois et des pauvres gens

Daniel Picard

Collection La mescla

Parution : juin 2016

Ambroise Paré maniait la chirurgie comme d’autres l’épée. Sa volonté indomptable de soigner lui faisait braver les interdits et renverser les barrières. Pour tout dire, il osait. Étudiant, il osait déterrer les cadavres dans les cimetières pour apprendre son métier. Chirurgien, il osait s’opposer à la hiérarchie médicale et religieuse. Sur les champs de bataille, il osait expérimenter de nouvelles méthodes. Toujours prêt à secourir en prenant tous les risques, il a survécu à l’inquisition, à la peste, aux guerres, à l’enlèvement, à la prison, à la Saint-Barthélemy et à quatre rois de France successifs. Durant une vie longue et tempétueuse, il a sauvé princes et pauvres, ennemis et amis, voisins et étrangers, en réalisant des performances chirurgicales.

Qui pouvait mieux qu’un chirurgien ressusciter un personnage aussi original et inventif ? C’est ce que fait Daniel Picard en se glissant dans sa peau et en le faisant parler directement.

Ce grand roman d’aventures rappelle ceux d’Alexandre Dumas ou de Pouchkine. Le lecteur est soulevé par un flot impétueux et captivant qui l’emporte de rebondissements en découvertes.

 

Le gros petit loup de Alain Sagault et Jutta Ash vient de paraître

COUV-LE-GROS-PETIT-LOUP

Le gros petit loup

Alain Sagault et Jutta Ash

Collection Pourquoi ?

Parution : mai 2016

Il mangeait la vie, le gros petit loup. Il mangeait trop et il aurait bien voulu manger ce fromage blanc qu’est la lune. Les autres louveteaux ne voulaient pas jouer avec lui parce qu’il était gros. Ils l’ont tant fait courir, qu’en grandissant, le gros petit loup est devenu un magnifique loup blanc. Tout lui profitait, la faim, les moqueries, les hurlements, l’âge, tout.
Il y avait tout de même deux choses, deux petites choses qui n’allaient pas…

Découvrez, dans la nouvelle collection Globe, le livre-disque : Les chants kanak du Papayer

Nouvelle collection Globe
Destination : monde !
Une collection de livres-disques pour permettre des voyages en compagnie d’enfant de pays lointains.
Le récit intégral est raconté et enrichi de chants et de musique, caractéristiques du pays découvert.
Cette collection démarre en janvier 2016 avec la Nouvelle-Calédonie et une enfant Kanak, Fara qui nous fait partager la légende de la création de la lune qui perdit une dent…

Pour la première parution dans cette collection, découvrez :

COUV-LES-CHANTS-KANAKLes chants kanak du papayer

Marie-Pierre Aiello et Olivier Bauza,

Parution : janvier 2016

Sur la Grande Terre, le vent souffle fort aujourd’hui et Fara a une dent qui lui fait mal. Sur les recommandations de sa mère et de sa grand-mère, elle court se réfugier au creux des racines aériennes du grand banian, son arbre préféré, et écoute les bruissements de la vie.

L’histoire de Fara contée ici fait référence à la légende de la création du monde kanak ; le souvenir de Téâ Kanake, le premier homme, habite les lieux, les arbres, l’océan, les esprits, et transmet à ceux qui savent l’entendre l’histoire de la Nouvelle-Calédonie.

Les Ae-ae, à la fois chants, poèmes, narrations historiques ou récits de voyages, rythment le récit, soutenus par les battoirs d’écorce, les bambous pilonnant le sol et les encouragements joyeux de l’assistance. On en retrouvera une sélection, en fin du disque.

Les chants Kanak du papayer nous offre ce voyage tout en sons, en couleurs, en matières, aux aubes du monde kanak.

Sur le CD, l’histoire intégrale racontée par Aude Balmigère et bercée par des chants kanak enregistrés sur place par Jean-François Priester.
Cartes réalisées par Clément Boutterin (géographe) et Olivier Bauza, illustrateur.

 

Notre dernière parution, un roman historique : Le prix de la liberté

COUV-LE-PRIX-DE-LA-LIBERTELe prix de la liberté

Pierre Souhaité,

dans la collection “la mescla”
Octobre 2015

« Vivre libre ou mourir. »
En 1792, Victor est hussard de la Révolution dans la Légion du Chevalier de Saint-George, troupe constituée de Noirs, de Créoles et de quelques Blancs. Comme ses compagnons, il se bat pour défendre la jeune République. En 1802, il fait partie des troupes envoyées par le consul Bonaparte pour rétablir l’esclavage en Guadeloupe. Il se sent alors trahi. Ses rencontres, ses fortes convictions républicaines et humanistes, la beauté de la nature, lui permettent de ne pas sombrer et de ne pas trahir ses convictions.

Roman historique, « Le prix de la liberté » est d’abord un cri d’indignation. Si le souffle d’une colère à peine contenue courbe parfois les phrases, c’est que ce roman parle d’un des moments noirs de l’histoire de France. Nous y entendons cette phrase terrible : « La liberté ou la mort ! » que le dernier carré de résistants commandé par le Colonel Delgrès crie avant de se donner une mort collective*. Pour l’auteur, c’est l’occasion de souligner qu’à plusieurs moments de l’histoire de France, « les armées de la Liberté » ont été utilisées à des fins de répression de cette même liberté.

 

Vient de paraître : Ma mère, d’Édith Reffet, dans la collection “main de femme”

COUV-MA-MEREMa mère
Chronique d’un
non-amour

Édith Reffet,

dans la collection “main de femme”
Octobre 2015

« Quand je t’ai retrouvée, morte, j’aurais dû te cracher à la figure », écrit l’auteur en parlant à sa mère. Comme l’a écrit Élisabeth Badinter, l’amour maternel n’est en rien naturel. Pour Édith Reffet, l’auteur de Ma mère, il n’est pas au rendez-vous. Dans ce récit, elle raconte son enfance et ses relations avec une mère, institutrice, qui commence par l’abandonner alors qu’elle n’a qu’un jour. C’est en ayant le courage de la fuir dès qu’elle a 20 ans qu’elle évitera d’être détruite par la diabolique énergie négative d’une mère qui finira par la déshériter après l’avoir déclarée morte à l’hôpital. Ce texte noir, qui fait penser à Vipère au poing d’Hervé Bazin, est servi de façon lumineuse et passionnante par la belle plume de l’auteur.

Dans la même collection retrouvez, du même auteur :

Le Bout du Monde
COUV-LE-BOUT-DU-MONDE

Lit 54, retour de l’enfer
COUV-LIT-54

Nouveauté dans la collection main de femme

COUV-ELLE-ETAIT-MA-PREMIERE-TERREElle était ma première terre

Soumya Ammar Khodja,

dans la collection “main de femme”
Septembre 2015

« Je vis sans elle. Son Dieu était compréhensif et ne lui tenait pas rigueur de ses infidélités et de ses libertés. Soucieuse de ses enfants et du monde, elle lui demandait d’intercéder, de donner un coup de pouce, de faire descendre sur cette terre violente et inapaisée un peu de sa rahma, de sa miséricorde.
Je suis née dans sa chair. Elle était ma première terre, mon seul pays natal. »
Soumya Ammar Khodja évoque dans un texte sobre et pudique la disparition de la mère. Au-delà de sa résonance intime, cet événement renvoie à des interrogations communes et spécifiques : la prime origine, le lien singulier entre une mère et une fille, la solitude, le déni de la douleur en milieu hospitalier, le statut de la vie et de la mort, la force de l’amour, le manque de l’être à jamais absent et, en notes à peine appuyées, l’exil et la distance…

Dans la même collection retrouvez, du même auteur :
De si beaux ennemis et autres nouvelles

COUV-DE-SI-BEAUX-ENNEMIS

La parution de l’été

COUV-COMMISSAIRE-LAVIOLETTECommissaire Laviolette, alias Modeste Clarisse

Jack Meurant,
dans la collection “La mescla”
Août 2015

Le roman d’une biographie du héros de Pierre Magnan

« Pour écrire les neuf chapitres de ma biographie (imaginaire), j’ai préalablement relu tous les livres dans lesquels Pierre Magnan a fourni, de temps en temps, des informations sur Laviolette (aussi imaginaires que les miennes). J’ai donc, à l’issue de mes lectures, créé des fiches dont j’ai fait usage. Ainsi de nombreux éléments concernant ce commissaire de police figurent par-ci par-là au hasard des œuvres du romancier qui m’a précédé. »
Ce qu’oublie de dire Jack Meurant, c’est que cette biographie est à la fois un polar qui nous entraîne, à la suite du commissaire Laviolette, dans une enquête inédite, et surtout, le roman d’une vie, sans doute de deux. En effet, des nombreux entretiens qu’il a eus avec Pierre Magnan, Jack Meurant a extrait, pour piquer notre curiosité, divers souvenirs qui nous permettent d’entrer dans la vie du grand écrivain.

“À bas les masques”, le nouveau polar de Barney Vaucher vient de paraître

COUV-A-BAS-LES-MASQUESÀ bas les masques

Barney Vaucher,
dans la collection “La mescla”
Juin 2015

Dans la série Les enquêtes vertigineuses
du capitaine Nicole Leloup
, après Meutre au Verdon.

Les jeux de la grimpe peuvent être dangereux, surtout lorsque l’on se comporte comme un enfant de chœur. De la passion des parois aux travaux acrobatiques, il n’y a qu’un pas professionnel. Des travaux acrobatiques au cambriolage des villas de rupins, le pas tient plutôt de l’acrobatie.  Depuis son enquête remarquée sur le crime de la secte de Saturne dans les gorges du Verdon et sa relation avec Barjac, le capitaine Nicole Leloup commence à sentir le milieu des grimpeurs. Lorsqu’elle  découvre les premiers indices d’une enquête dans laquelle ses collègues piétinent, elle retrouve les odeurs familières du défi et de la liberté. Mais la magnifique nature des Calanques a son mot à dire. Entre ciel et mer, elle ne pardonne pas le moindre faux pas.

Les 2 nouveautés dans la série “D’un pays à l’autre” dans la collection “Le temps d’apprendre”

COUV-100-RECETTE-IMMIGREES100 recettes immigrées
“La cuisine transmise dans les familles d’ici ou d’ailleurs”

Langage Pluriel,
dans la collection “Le temps d’apprendre”
Juin 2015

La cuisine de nos parents est en nous. S’il y a une chose dont nous héritons, au même titre que la langue maternelle, c’est bien le goût sur la langue. Les recettes de maman, de papa, de grand-mère ou de tante Berthe font partie des bagages que nous transportons, où que nous allions.
Les recettes de ce livre de cuisine ont dix terres d’origine, provinces françaises ou pays lointains. Elles ont été transportées par les migrants qui sont venus enrichir un endroit qui pourrait être n’importe laquelle de nos vallées. C’est le long du Dropt, rivière qui traverse le sud de la Dordogne, le nord du Lot-et-Garonne et la Gironde, autour de la Bastide-d’Eymet, que ces recettes ont été cueillies. Terre agricole, cette région a eu besoin de bras à différentes époques. Terre d’accueil, elle s’est ouverte à ceux que la nécessité avait poussés à partir. Après la Première Guerre mondiale, Bretons, Italiens, Portugais sont venus remettre en route un pays en friche. À d’autres moments c’est la guerre qui a nourri l’exode, en 1939 des Espagnols et des Alsaciens. Chaque groupe, chaque famille est arrivé avec sa cuisine qu’elle a offerte en partage. « 100 recettes immigrées » est ce cadeau où se mêlent recettes des accueillis et recettes des accueillants. C’est un livre de cuisine étonnant et rare.

COUV-PAYS-D-EYMET-TERRE-D-ACCUEILPays d’Eymet terre d’accueil
“Chacun son ailleurs, chacun sa cuisine”

Langage Pluriel,
dans la collection “Le temps d’apprendre”
Juin 2015

Pour la cinquième année de « Mémoires de pays », après les recueils de témoignages des migrations bretonne, italienne, espagnole et de l’exode alsacien, l’Amicale laïque de Saint-Aubin-de-Cadelech a choisi le thème de la cuisine afin de les réunir tous. Pour accompagner le livre de recettes de cuisine composé grâce à l’apport de chaque migration, ce recueil témoigne de la place de la nourriture aussi bien dans la vie quotidienne familiale que dans les emplois.

Les 2 nouvelles parutions en juin, dans la collection “main de femme”

COUV-L-ILEL’île  – Les sept nuits d’Ève à Lilith

Luisa Myrial,
dans la collection “main de femme”
Juin 2015

« Cessons de prendre la vie à l’envers et le monde de travers, commençons par le début : le monde n’a pas pu être créé en sept jours. Non. Le monde a été créé en sept nuits ! Car c’est la nuit que les plantes poussent, les enfants, les amours… Tout le monde le sait ! Sept, oui, sept nuits ont suffi pour créer le monde, mais bien sûr, ce ne sont pas n’importe quelles nuits. Il faut qu’elles s’empilent, se répondent, comme des constellations dans le ciel, comme sept cartes, qu’il faut mélanger, tirer, faire parler. À chaque homme, à chaque femme, ses sept nuits. »
Ainsi parle Rim, vieille femme, souillon aux pieds nus et à la parole libre, entre la place du village, le lavoir et le potager. D’Ève à Lilith, de la femme à la mère, ses sept nuits à elle sont un voyage qui explore les histoires d’hommes et de femmes dans toute leur complexité. Ce roman, taillé comme un diamant, s’il revisite, avec délice et non sans ironie, les mythes et les représentations du féminin, est avant tout un cadeau pour tous ceux qui cherchent à comprendre les relations homme/femme.

COUV-C-ETAIT-EN-FEVRIERC’était en février

Mireille Barbieri,
dans la collection “main de femme”
Juin 2015

Un jeune homme cherche sa voie, choisit la marche et le dessin en guise d’exutoire. Sa route bute sur un village. Une vieille femme étrange, un peu baronne, très solitaire, regarde inlassablement les oiseaux de son jardin. Une aubergiste énergique et chaleureuse s’emploie à faire vie de tout.
Des liens forts vont se nouer et quelque chose se dénouer dans ce village du fin fond de la France des années 70, qui étouffe ses secrets et se meurt inéluctablement.

Les deux parutions en mars

COUV-LA-CHEVRE-DE-M-CRETINLa chèvre de Monsieur Crétin – Les frasques écologiques de l’être humain racontées par un olivier

Olivier Soria,
dans la collection “le temps d’apprendre” petit format
Mars 2015

« Nous prétendons consommer à crédit jusqu’au bout dans l’espoir vain de nous enrichir à notre guise ? Eh bien, écoutez un peu l’histoire de la chèvre de Monsieur Crétin et, peut-être, percevrez-vous ce que nous pourrions gagner à vouloir vivre en considérant l’altérité. »
Ouf ! Enfin, un livre qui allie plaisir et prise de conscience. À l’écart d’une écologie culpabilisante et moralisatrice, triste surtout, le conteLa chèvre de Monsieur Crétin  nous apporte de la délectation, aussi bien dans la forme que dans le fond. Pour les grands comme pour les petits.

 

COUV-20-ANS-COHABITATIONVingt ans de cohabitation dévastatrice – La colère d’une bergère

Berthe Pélestor-Ravel,
dans la collection “le temps d’apprendre” petit format
Mars 2015

Berthe Pélestor-Ravel est en colère. Non pas contre le Loup, Canis Lupus, qui ne fait que son métier de prédateur pour répondre au rôle que la nature impose à toute espèce : se développer ; elle est en colère contre la bêtise humaine qui mène à une double catastrophe : la disparition des bergers en même temps que celle du Loup. Il ne s’agit pas ici de reprendre le stérile débat des « pour » et des « contre », mais d’écouter le témoignage de celle qui a exercé le métier de bergère pendant des décennies avant de le transmettre à ses enfants. Égrenant les évènements qui viennent ponctuer les années, elle nous fait vivre une évolution sanglante qui conduit une profession dévastée de la passion à la peur et au découragement.

 

Les nouveautés

Viennent de paraître !

COUV-UN-GECKO-DANS-LA-CALEBASSEUn gecko dans la calebasse et autres histoires extraordinaires

Violaine Warin,
dans la collection “la mescla” petit format
Octobre 2014

D’où nous viennent ces contes étranges, si curieux et pourtant si familiers, qui nous font basculer brusquement du quotidien à l’extraordinaire ?
Ce sont des pierres cueillies au cours de voyages sur tous les continents, du Pays Dogon au Vietnam réunifié, et même au plus profond de soi-même. Des pierres parfois dérangeantes comme le petit caillou dans la chaussure, comme ces choses insensées que sont la vie, l’amour, la mort. Ces contes sont destinés à des adultes.

 

COUV-DE-SI-BEAUX-ENNEMISDe si beaux ennemis et autres nouvelles

Soumya Ammar Khodja,
dans la collection “main de femme”
Août 2014

« Légers, épars au début, les propos des convives se cristallisèrent sur Constantine. Rachel toucha à peine à son assiette. Les convives qui auraient pu croire qu’elle écoutait les développements de Salah se seraient trompés. Toute son attention se portait sur sa bouche, ses narines palpitantes, le teint ambré de ses joues, ses yeux noirs si particuliers, sa voix dont le timbre à la fois rugueux et caressant provoqua ses premiers ravages. »
De la France à l’Algérie, d’une guerre à l’autre, de l’amour à son renoncement, du passé à la perte du souvenir, de la conviction jusqu’à la mort, des femmes et des hommes suivent leur chemin, porteurs de leur force et de leur bouleversante fragilité. À l’image du pont suspendu de Constantine, ville des ponts, les 10 nouvelles du recueil de Soumya Ammar Khodja, De si beaux ennemis, sont autant de passerelles de mots lancées au-dessus du temps, de ses blessures et de ses énigmes.

 

COUV-LE-LARGE-DANS-LES-POUBELLESLe large dans les poubelles

Marie Lébely,
dans la collection “main de femme”
Août 2014

Sur un signe du sang, Nastia largue le Danemark, ses examens et sa famille adoptive. Personne gare Saint-Charles ! Le cousin inconnu n’est pas à l’arrivée du train. Mais Marseille apporte l’amour à la jeune « sans famille » qui squatte les calanques et le campus universitaire.
La bonne ville qui a ses racines dans la mer est également la souche de ce grand arbre qu’est la Provence. De branche en branche, de rencontres en fuites, Nastia va s’élever, dans son feuillage de forêts et de rivières, jusqu’à cueillir les fruits de ses propres origines. Vent du large, vent de montagne, vent de folie accompagnent ce voyage de découverte du continent noir de Nastia. Un roman de toutes les couleurs.

 

COUV-LES-ALSACIENSDe l’Alsace à l’Aquitaine “Des Alsaciens en vallée du Dropt 1939-1940”

Language pluriel,
dans la collection “le temps d’apprendre”
Juin 2014

Né en Périgord, le Dropt traverse trois départements avant de se jeter dans la Garonne : la Dordogne, le Lot-et-Garonne et la Gironde. Tout le long de la rivière, de tout temps, des hommes ont bâti des maisons, ont cultivé les terres, ont façonné la vie dans cette vallée.

Désertée, partiellement en friche après la Première Guerre mondiale, la campagne avait besoin de bras pour remettre en route des exploitations abandonnées. Cela a été possible grâce à tous ceux qui ont immigré qu’ils viennent d’Italie, de Belgique, de Pologne, d’Espagne… mais aussi grâce à toutes les migrations intérieures, qu’elles soient économiques ou politiques.
La Deuxième Guerre mondiale a provoqué d’autres chemins douloureux. Ce fut le cas pour les Alsaciens du Bas-Rhin déplacés en 1939, étrangers eux aussi sur la terre de Dordogne.
C’est dans le sud, autour de la Bastide-d’Eymet, et en Alsace, autour de Boofzheim, que les témoins ont apporté les témoignages qui font ce livre. Qu’ils en soient remerciés.

 

COUV-POUR-L-EXEMPLEPour l’exemple

Félix Chabaud,
dans la collection “la mescla”
Juin 2014

Imaginaire le « Journal imaginaire du poilu Olivier C. » fusillé, pour l’exemple, le 4 mars 1916 ?
Imaginaire le « Prélude » qui, le 2 août 1914, voit réagir Marcel le bûcheron, Joseph le paysan, Étienne le maire, Julie la bergère, Fanfan et tous les autres, lorsque le gendarme s’avance au milieu d’eux pour leur annoncer : « Pardonnez-moi pour ce que je vais dire. Voilà, c’est la guerre ! Tous les hommes valides sont appelés sous notre drapeau pour battre les Allemands et défendre la patrie. » ?
Imaginaire « Marie » la vieille femme rencontrée, des décennies plus tard, au bout de la ruelle de son village en ruine, là-haut, au pied du mont Chiran ? Imaginaire son histoire qui égrène la disparition des hommes du village, les uns après les autres, dans cette « grande guerre » lointaine ?
Sûrement pas ! En trois textes bouleversants, Félix Chabaud nous emmène dans les réalités d’une haute Provence qui, loin des obus et de la mitraille, voit pourtant ses villages détruits par la disparition des hommes. L’émotion est là, aussi présente qu’au moment des drames, intacte, vibrante, vivante.

 

COUV-RUA-DA-CRUZRua da Cruz et autres histoires
Jackeline Van Bruaene,
dans la collection “main de femme”
Mai 2014

Entre mouvance et pauses, d’un pays à l’autre, les histoires de Jackeline Van Bruaene nous font explorer la fragilité et la complexité des liens entre les êtres, la différence comme une nécessité, l’indépendance comme un chemin. L’écriture, comme le flot continu d’une parole, est sans bord et sans borne. Rapide, soufflée, presque criée, elle traduit un regard sur la vie que l’on imagine né de la gifle dans « Le banc de bois ». Cette histoire, qui clôt le recueil, vient donner tout son sens à la phrase que l’auteur emprunte à Marguerite Duras : « Lire c’est déjà écrire. »

 

COUV-LAUTOMATE-DU-VIDE-GRENIERSL’automate du vide-greniers
Emilie Kah,
dans la collection “main de femme”
Avril 2014

« L’amour doit être un roman. »  Nous sommes d’accord. Qu’un petit ours valseur, automate ancien, tienne les deux bouts d’une histoire d’amour, c’est déjà plus inhabituel. Que l’ours Gracieux serve de « chèvre » pour attirer Claire et l’entraîner sur le chemin retrouvé du grand amour de sa vie, nous voici au cœur d’une aventure où s’emmêlent secret de famille et parties de cache-cache.
Et tout se passe en une seule journée, une journée de vide-greniers sur la place du village natal de l’héroïne.
« Si j’aime l’histoire des objets, j’aime encore plus celle des gens », nous dit l’auteur.

 

COUV-TROIS-JEUNES-APPELESTrois jeunes appelés dans les Aurès
Algérie 1956-1957
Sophie Alfieri,
dans la collection “main de femme”
Avril 2014

1954 – C’est l’année du déclenchement de la guerre d’Algérie qui aboutira à l’indépendance de ce pays en 1962. Des deux côtés de la Méditerranée, de nombreuses familles algériennes et françaises vont être touchées. De ses deux années de guerre comme appelé, Raymond, le père de Sophie Alfiéri va ramener des souvenirs terribles, dont le poids finira par l’emporter en 1966…
Encouragée par l’historien Benjamin Stora qui signe la préface, Sophie a écrit les 3 nouvelles de ce recueil à partir des notes retrouvées au dos des photos rapportées par son père et rangées dans un album qu’elle découvre à 30 ans, alors qu’elle est à la recherche de son père.

 

COUV-EN-ATTENDANT-LA-PLUIE

En attendant la pluie
Éric Schulthess,
dans la collection “La mescla” petit format
Mars 2014

Le 11 mars 2011, la ville de Kamaishi est frappée par le tsunami qui déferle sur la côte nord-est du Japon. Habitant la ville française de Digne-les-Bains jumelée avec celle de Kamaishi, Éric Schulthess, journaliste et écrivain, se rend en mai 2013 dans la ville japonaise. Il en revient bouleversé par sa rencontre avec les habitants. Naît alors la nouvelle « En attendant la pluie ».

Ce petit livre porte la version française, sa traduction en japonais par Momomi Machida, traductrice née à Tokyo et installée en France depuis 1996, les dessins réalisés par des enfants du Centre de loisirs Futaba Ikusei de Kamaishi, ainsi que 11 haïkus de grands maîtres japonais choisis par l’auteur.
Pour beaucoup d’entre nous, cette coopération ouvre une fenêtre sur un Japon inconnu et nous fait partager un drame qui pouvait sembler lointain.
Une partie des ventes de ce livre seront versés à la coopérative du Centre de loisirs Futaba Ikusei de Kamaishi.

 

COUV-LEQUATIONL’équation, une vie d’une rive à l’autre
François Lupu,
 dans la nouvelle collection “Chemins faisant”
Décembre 2013
Préface de Boris Cyrulnik

La connaissance est produite par notre chemin faisant.
La co-naissance à l’autre est, outre son propre regard, le fruit du regard de l’autre, de sa propension à la générosité, à l’accueil de cette autre connaissance en plus des savoirs.
Et donc, une rencontre de chemins faisant.
François Lupu transmet à travers cet ouvrage sa vision, sa visée, pétries de son parcours.
D’une rive à l’autre.
La culture, la religion, les traditions, la littérature, le sens de la vie… y compris le diable… tant d’aspects de sa culture, et européenne et chinoise, il nous les conte avec une ferveur, une sérénité et une densité rares.
De la première à la dernière page, cet ouvrage est un festin de l’éveil à la connaissance.
De l’art de transmettre avec aisance.
De la simplicité à nous inviter à son essentiel.

 

COUV-BD-HOMME-SEMENCE

Double bandes dessinées « L’homme semence »

Cette BD est le beau cadeau pour les fêtes. Un cadeau que l’on a envie de se faire d’abord à soi-même. Après la version illustrée des gravures de Maryline Viard, la version allemande, la version audio de la conteuse Agnès Dumouchel et cette version BD, il y aura les éditons italienne et suédoise avant la sortie du film long métrage en 2015. Quant aux interprétations au théâtre, elles se multiplient. De la même façon que ce texte a touché nombre d’entre nous, de nombreux artistes souhaitent porter le message universel de Violette Ailhaud.

 

L’homme semence : dans cette bande dessinée à deux faces, de Mandragore et de Laetitia RouxelL’homme semence franchit à nouveau les frontières pour emprunter des chemins où la beauté des images répond à celle des mots. S’il part à la rencontre d’autres lecteurs, d’autres cultures, c’est toujours au cœur et à l’intelligence qu’il parle. Laetitia interprète le récit de Violette Ailhaud alors que, sur l’autre face, Mandragore raconte l’environnement historique depuis le soulèvement républicain contre le coup d’État de Napoléon III le 2 décembre 1851 jusqu’à l’émotion que suscite L’homme semence aujourd’hui.

 

Marie Clauwaert, illustration : Éva Schlunke
Novembre 2013

«La vie était là qui l’appelait et il avait le désir d’y répondre.»
Xal, le jeune lézard, est victime d’un terrible accident. Au fond de lui, pourtant, il trouve des ressources cachées et le goût de vivre. Avec l’aide du sorcier, il va se transformer et, même s’il n’est plus le même qu’avant, il pourra grandir, s’épanouir et se faire un ami en lui sauvant la vie.

 

COUV-JEAN-LE-ROUX

Jean le roux

Jean-Pierre Védrines,
dans la collection“La mescla” petit format
Octobre 2013

 

Jean le roux est un conte. Dans le village où se déroule l’histoire, certains habitants prennent Jean le roux pour un vieux fou. Pourtant, un groupe d’enfants qui forme un collectif plein de vivacité, de curiosité et d’imagination, va vivre avec lui une aventure singulière : la recherche du passage qui doit conduire Jean le roux au pays du matin, au pays de son enfance. Avec eux, Jean le roux nous entraîne dans ce qui est le meilleur de la vie : la poésie.
« Seule la langue dénude l’être humain de ses oripeaux. » C’est ce que nous propose Jean-Pierre Védrines dont le texte enchanteur nous rend notre enfance et nous offre un bain de nature où les fruits se savourent et où les vendanges emplissent l’air de parfums et de chants.

 

COUV-PRETTYE

Prettye un amour envolé
Jack Meurant, dans la collection“La mescla”
Septembre 2013

Jacques le héros va-t-il, par manque d’attention, laisser s’évaporer son grand amour de jeunesse ? Cette question nous tient en haleine jusqu’au bout d’un roman inhabituel dont l’écriture vivante prend des libertés étonnantes avec les intentions de l’auteur. « Je voulais écrire une merveilleuse histoire d’amour, telle que j’aurais aimé la vivre à vingt ans. Et, pour être le moins détourné du but fixé, j’ai choisi de donner au récitant un prénom qui soit le plus proche du mien. Mais l’imagination l’a emporté et en a voulu autrement. Alors s’est imposée l’histoire d’une existence qui débute comme je l’avais souhaité, mais qui s’achève dans la plus totale médiocrité. À moins que la dernière phrase prononcée puisse laisser espérer une résurrection !… »

 

COUV-LA-DRYADE

La Dryade
Juliet Schlunke,
dans la collection “main de femme”
Juin 2013

« Écartant doucement une toile d’araignée qui collait au visage de la nymphe, il a caressé doucement la joue de la jeune femme de pierre. Pendant une seconde, électrisée, j’ai cru sentir le passage de son doigt sur mon propre visage. »
Anne, une jeune peintre australienne vivant à Madrid, est invitée dans l’Ain par une amie française. Plongée dans le passé dramatique de la famille qui la reçoit, elle se retrouve nez à nez avec La Dryade, jeune femme de pierre au sourire énigmatique, exilée au fond d’un sous-bois. Tout en révélant à Anne ce qui s’est noué entre la nymphe et son propre grand-père, Nicolas va l’entraîner sur les mêmes sentiers de la séduction et de l’amour avorté. Il lui commande un tableau vivant, « L’Embrasse », où un lierre enlace puis étreint un chêne jusqu’à l’étouffer avec volupté.

 

COUV-LES-ESPAGNOLSDe l’Espagne à l’Aquitaine – Des immigrés et réfugiés espagnols en vallée du Dropt 1868 – 1968
Langage Pluriel
, dans la collection“Le temps d’apprendre”
Juin 2013

Né en Périgord, le Dropt traverse trois départements avant de se jeter dans la Garonne : la Dordogne, le Lot-et-Garonne et la Gironde. Tout le long de la rivière, de tout temps, des hommes ont bâti des maisons, ont cultivé les terres, ont façonné la vie dans cette vallée. Désertée, partiellement en friche après la Première Guerre mondiale, la campagne avait besoin de bras pour remettre en route des exploitations abandonnées. Cela a été possible grâce à tous ceux qui ont immigré qu’ils viennent d’Italie, de Belgique, de Pologne, d’Espagne… mais aussi grâce à toutes les migrations intérieures. Ils étaient demandés, attendus. Pour autant, ils étaient des étrangers. La guerre d’Espagne en a amené d’autres, de l’exode aux camps, entre séparations douloureuses et familles enfin réunies. C’est le long du Dropt dans le sud de la Dordogne et le nord du Lot-et-Garonne, autour de la Bastide-d’Eymet et à Bergerac que les Espagnols ou leurs descendants rencontrés sont arrivés dès le début du XXesiècle. Ce sont leurs témoignages qui font ce livre. Qu’ils en soient remerciés.

 

COUV-CELUI-QUI-DEPLACAIT-LES-MONTAGNES

Celui qui déplaçait les montagnes
Suzanne Ghersenzon-Spénale,
dans la collection “main de femme”
Juin 2013

« Mais enfin, ma fille, ne t’arrête pas au premier obstacle venu… À ton âge, j’aurais déplacé des montagnes ! » Ainsi parlait Gricha, et c’est vrai qu’il a dû en déplacer des montagnes, pour se frayer un chemin entre sa Bessarabie natale et la France. Il aimait raconter des épisodes de son enfance, de sa jeunesse, et il savait si bien captiver son auditoire qu’il se trouvait souvent quelqu’un pour lui dire : « Mais ça, Docteur, vous devriez l’écrire. » C’est sa fille aînée qui s’y est attachée, avec la complicité de ses frères et sœurs, de leurs souvenirs, des enregistrements qu’ils avaient réalisés et avec une tendresse toute teintée d’humour. Elle nous offre le récit d’une vie hors normes, bousculée par les aléas d’un siècle turbulent. Une vie privée dont le bel exemple de courage et de ténacité méritait d’être public.

 

COUV-HOMME-SEMENCE-7L’homme semence “édition classique”
Violette Ailhaud, dans la collection “main de femme”
7e édition : mai 2013

“L’homme semence” est un récit écrit en 1919.
En 1852, Violette Ailhaud est en âge de se marier quand son village des Basses-Alpes est brutalement privé de tous ses hommes par la répression qui suit le soulèvement républicain de décembre 1851. Il s’écoule plus de deux ans avant qu’un homme n’apparaisse : « ça vient du fond de la vallée. Bien avant que ça passe le gué de la rivière, que l’ombre tranche, en un long clin d’œil, le brillant de l’eau entre les Iscles, nous savons que c’est un homme. Nos corps vides de femmes sans mari se sont mis à résonner d’une façon qui ne trompe pas. Nos bras fatigués s’arrêtent tous ensemble d’amonteiller le foin. Nous nous regardons et chacune se souvient du serment. Nos mains s’empoignent et nos doigts se serrent à en craquer les jointures : notre rêve est en marche, glaçant d’effroi et brûlant de désir. »
Postface de l’historien Jean-Marie Guillon de l’université de Provence, membre de l’association 1851.

 

COUV-HOMME-SEMENCE-ILLUSTREL’homme semence “édition illustrée”
dans la collection “main de femme”
Mai 2013

Violette Ailhaud, dans la collection “main de femme”
Version illustrée de 8 linogravures originales de Maryline Viard

 

COUV-DER-SAMENMANNL’homme semence “édition en allemand” : Der Samenmann
Violette Ailhaud
dans la collection “main de femme”
Mai 2013
Version en allemand traduite par Frédérique Marie Miñana

 

COUV-CD-HOMME-SEMENCE-DUMOUCHEL-2L’homme semence dit par Agnès Dumouchel
Main de femme
Livre audio

« Ma rencontre avec ce texte a été un tel coup de cœur que j’ai voulu lui donner voix. Dans sa lumineuse simplicité, la parole de Violette Ailhaud est un hommage vibrant à la féminité, au courage et à la beauté lucide de la vie rurale. » Agnès Dumouchel, conteuse

 

DJAMIL-CD-LIVREDjamil, le crocodile qui perdit ses dents
Florence et Patrick Lanéelle, dans la collection “Pourquoi ?”
Mai 2013

Djamil est le plus beau et le plus fort des crocodiles du Nil. Un jour, il perd, avec toutes ses dents, sa puissance et son prestige.
Comment pourra-t-il s’accepter et être accepté s’il ne correspond plus à ce qui définit son espèce et à ce que l’on attend d’un crocodile ?
Au rythme de ses rencontres avec de drôles d’animaux, Djamil s’interrogera sur la normalité, la différence, l’identité, l’épanouissement et le bonheur.
Djamil, le crocodile qui perdit ses dents est une histoire d’humour illustrée, qui mêle différents registres de langage et propose plusieurs niveaux de lecture.

Ce conte s’accompagne d’un disque de 12 chansons qui éveillent à la diversité des genres musicaux.

Il est destiné aux petits, à leurs parents et aux grands enfants.

 

COUV-LA-FACE-CACHEE-DU-VERDON

La face cachée du Verdon
Yannick Bernier, dans la collection“Le temps d’apprendre”
Avril 2013

Comme la lune, le Verdon a sa face cachée. Alors que tout le monde connaît le grand canyon, le plus profond d’Europe, les basses gorges du Verdon sont peu connues. Étonnantes et presque féeriques, il faut, pour y accéder, prendre les chemins de traverse et accepter de se pencher sur le miroir de ses eaux émeraude, lisses et froides. Alors, alors seulement, la magie de l’exploration enveloppe le visiteur et lui fait remonter le temps jusqu’aux hommes préhistoriques, et bien au delà. De grottes ventrues en jardins suspendus, de parois moussues en plages inattendues, le Verdon livre ses secrets, sa beauté, sa paix à celui qui sait prendre le temps de regarder de l’autre côté des apparences.

 

Petit traité de l’amour
Christiane Gaillard, dans la collection“Le temps d’apprendre”
Mars 2013

Ce regard sur l’amour est entièrement neuf. Il procède par étapes, un pas après l’autre. Il guide le lecteur de l’intérieur, le reconnecte à lui-même et affirme que l’amour peut aussi être lucide et bienveillant, aux antipodes des malédictions qu’il traîne trop souvent après lui.
Pour cette démonstration, l’auteur s’appuie sur des versets de la Bible que tout le monde connaît, mais qu’on a toujours lus au premier degré. Le résultat interpelle, décoiffe et bouscule le lecteur… et les traditions.
Quel rapport, me direz-vous, avec l’amour et l’homme du xxie siècle ?
Il est inattendu : la langue utilisée dans ces versets est celle que parle notre inconscient dans nos rêves.
C’est troublant. Mais cela rend les Écritures intelligentes, parle au cœur de l’homme et surtout, réconcilie l’homme avec la femme… Les deux sexes qu’on dit si souvent « opposés » deviennent alors réellement complémentaires. Mais cette complémentarité s’installe à l’intérieur de l’être humain, chacun étant alors relié à sa véritable « moitié », c’est-à-dire à son inconscient marqué du féminin pour monsieur (c’est son âme sœur) et du masculin pour madame (c’est son âme frère). Sur cette nouvelle base, un couple extérieur peut naître et s’épanouir dans le véritable amour, le respect mutuel et la durée.

 

Marseille rouge sangs
Éric Schulthess, dans la collection“La mescla”
Mars 2013

Homme libre, toujours tu chériras Marseille ! Demi-miroir, Marseille reflète la mer comme la mer reflète Marseille. Elle tient de cette Méditerranée son ouverture au monde et aux autres, son courage et sa résistance, son inventivité et sa liberté. Jamais soumise, de tout temps crainte des puissants, la ville-port, sans murs et aux 111 villages, ne laisse personne indifférent. Depuis toujours, elle bouleverse Éric Schulthess qui a grandi à la limite du miroir, sur les rochers d’Endoume, au Petit Nice. Dans treize nouvelles où le sang passe du rouge au noir, comme pour tourner les pages d’un passé qui agonise, il taille au vitriol le portrait de ces petits poissons oubliés qui font le tissu vivant de la lutteuse éternelle.
Chaque nouvelle est accompagnée d’une proposition de musique à écouter en lisant.
Un livre qui confortera dans leurs certitudes ceux qui aiment Marseille, tout autant que ceux qui la détestent.

 


COUV-L-ETRANGE-NOEL-DE-LEAL’étrange Noël de Léa

René Frégni, illustration : Jutta Ash
Décembre 2012

«Le silence était extraordinaire et le paysage si doux que rien ne pouvait m’arriver.»

C’est pourtant quelque chose d’extraordinaire qui va arriver à Léa. Trois jours avant Noël, la neige recouvre la ville d’un voile qui modifie les couleurs, les bruits, les perceptions. Ce soir-là, une force étrange pousse Léa à s’aventurer dans la nuit. Ce soir-là, elle revient avec le plus beau cadeau de sa vie.

 

Calanques : un siècle d’amour et de vigilance
Jacky Plauchud Vaucher et Barney Vaucher, dans la collection “Le temps d’apprendre”
Novembre 2012

Depuis plus d’un siècle, des milliers de personnes, célèbres ou anonymes, ont mené une lutte acharnée pour préserver les Calanques de Marseille à Cassis. Les rêveurs, qui pensent que la beauté de la nature est intouchable, seront effarés de découvrir les dangers auxquels a échappé la seule côte sauvage restant entre l’Italie et l’Espagne.

Activement présents depuis près de 50 ans, Jacky et Barney Vaucher ont été les témoins privilégiés de cette lutte. Le récit qu’ils en font est riche de personnages hauts en couleur, d’intrigues et de rebondissements. C’est un roman passionnant tant on découvre, une fois de plus, que la réalité dépasse la fiction. C’est un témoignage capital qui donne la parole aux différents protagonistes et qui honorera la bibliothèque de connaissances de tous ceux qui s’intéressent à la défense de notre environnement et à la gestation d’un parc national.

 

Chaconne
Jean-Pierre Vaissaire, dans la collection“La mescla”
Octobre 2012

Femme de chair ardente, à la beauté primitive presque d’un autre monde, Chaconne nous entraîne dans une danse enflammée à la poursuite de ses rêves : retrouver ses origines et danser. Depuis sa naissance en Provence, d’est en ouest d’une Europe intemporelle, rien ne fait dévier cette femme éruptive et décalée d’un destin qui n’est rien d’autre que sa volonté intérieure.
Bien plus qu’un roman, Chaconne est un conte par son rejet de la vraisemblance, l’émotion qu’il réveille en chacun d’entre nous, un feu d’artifice qui nous bouscule et nous invite à la réflexion. Chaconne est la transcription romanesque de la Ciaccona de la seconde partita en ré pour violon seul de Jean-Sébastien Bach, œuvre musicale qui poursuit l’auteur depuis son enfance.

 

 
COUV-GRISE-MINEGrise Mine

Myriam Benois, dans la collection “Pourquoi ?”
Septembre 2012

Grise Mine n’est jamais content. Je peux vous en parler moi qui suis son chat. Il rumine tellement ses pensées noires qu’elles lui font un nuage au-dessus de la tête qui le suit partout. Il ne sait pas comment faire pour être heureux. Qu’est-ce qui va bien pouvoir lui redonner ses couleurs ?
Ce conte illustré permet, par les chemins lumineux de la couleur et de l’imaginaire, d’aborder des sujets pas toujours faciles, comme ici la dépression.

 

COUV-LA-FEMME-EN-VOLLa femme en vol
Ile Eniger
, dans la collection“main de femme”
Septembre 2012

La femme en vol est le roman d’un amour. Un amour au long cours qui traverse une vie et qui exclut de tricher ou de se trahir. Un roman qui jaillit d’un auteur qui dit : « Je suis ce que j’écris et j’écris ce que je suis. »

 

COUV-LA-MARMOTTELa marmotte qui ne voulait pas siffler
Sagault, illustré par Jutta Ash
Juillet 2012

On peut être une petite marmotte et ne pas vouloir faire les choses comme les autres, tout simplement parce que : « Moi, c’est pas pareil… »
En revanche, si on veut voir longtemps des marmottes en montagne, il faut apprendre à les respecter.
Ouvrage réalisé en coopération avec le Parc national des Écrins.

 

Sentiers philosophiques – Chronologie de la pensée occidentale
Henry Lombard
, dans la collection“Le temps d’apprendre”
Juin 2012

Cet abrégé de la pensée philosophique occidentale constitue, pour le lecteur qui aborde la philosophie en néophyte, un outil facile et rapide à lire. Il offre tout à la fois une chronologie de la pensée occidentale et un survol des principaux courants philosophiques ainsi que des philosophes qui les représentent. Les tableaux synoptiques présentent un visuel condensé de plus de deux mille cinq cents ans d’histoire de la pensée et l’index par auteurs facilite une consultation ciblée et rapide.

 

De l’Italie à l’Aquitaine – Des immigrés italiens en vallée du Dropt 1920 – 1951
Langage Pluriel
, dans la collection“Le temps d’apprendre”
Juin 2012

Donner la parole. Un éditeur a-t-il d’autres raisons d’être ? Pour les éditions Parole, donner la parole c’est donner la vie ; donner la vie à toutes ces choses, toutes ces forces qui sommeillent, aussi bien chez ceux qui disent ou écrivent que chez ceux qui écoutent ou lisent.
Ce livre est un porte-graines et nous devons remercier tous ceux qui ont généreusement offert leur parole en partage. Cette parole vient compléter le travail des bras immigrés venus, il y a des décennies, travailler des terres qui en avaient besoin. Car dans la parole de tout immigré il y a une richesse qu’il ne faut pas perdre, celle d’une autre culture, d’un autre vécu, d’une autre langue, d’un autre questionnement, d’un autre regard.
L’Amicale laïque de Saint-Aubin-de-Cadelech a ouvert la porte à cette parole ; Claude Fosse de l’association Langage pluriel a recueilli et mis par écrit les témoignages. Nous faisons notre travail d’éditeur qui consiste à réaliser ce livre, à le financer et en porter les graines partout où nous le pourrons avec la conviction que quelque chose germera.

 

La petite flingueuse – Retour à Diên Biên Phu
Emilie Kah, dans la collection “main de femme”
Mai 2012

« À Diên Biên Phu il y avait des hommes et certains de ces hommes avaient des enfants.
Je suis l’un de ces enfants. »

 

La guerre
des moissons tome 2
Les marins des hautes terres

Raymond Jardin, dans la collection “la mescla”
Mai 2012

C’est la peur qui encercle d’abord, Rose et Henri, le couple de fuyards. Avec l’enlèvement de leur bébé, par un groupe de gitans manipulé, la chasse à l’homme va mobiliser la population du plateau. Chaque communauté devra pourtant payer le prix du sang pour que la paix et la compréhension trouvent leur chemin. La guerre des moissons est décidément bien un polar de campagne qui nous entraîne jusque dans les rues de Manosque, mais où le suspense est fleuri des coutumes et des odeurs d’un terroir magique.

Comme dans les bons polars, on se glisse dans les entrailles d’un monde.
Début dans le tome 1  : L’Ardente et la Routière

 

Jean Giono et le pacifisme
Jack Meurant, dans la collection “Le temps d’apprendre”
Avril 2012

« … L’aventure de la paix est plus grande que l’aventure de la guerre. Il faut plus de virilité pour faire un enfant que pour tuer un homme… »

 

Thermodynamique de l’évolution
François Roddier, dans la collection “Le temps d’apprendre”
Mars 2012

Ils ne sont pas nombreux les livres
qui nous donnent la vie.
Celui-ci en est un. Il nous donne
la vie parce qu’il va nous permettre
d’éclairer l’avenir de l’humanité
si celle-ci veut survivre.

Nouvelle collection : Chemins faisant

De la naissance à la mort, chacun produit son chemin faisant unique. Ce chemin se construit en marchant par des pistes, des sentiers, des itinéraires variables. Voyageurs, lors de notre marche, des rencontres, des événements, du questionnement sur nous-mêmes, nous parachevons notre naissance par la reconnaissance, la connaissance et notre énergie créatrice sans oublier notre courage et notre enfance. L’autre, les autres nous accompagnent ; certains deviennent des passeurs.

Alors la vie devient creuset de tant de possibles !

Chaque auteur de cette collection, selon sa personnalité et son chemin faisant unique, en référence à un sous-titre choisi par eux, propose un ouvrage de 100 à 120 pages.
Notes, remarques, commentaires, témoignages constituent une pluralité de regards, produits de leurs vécus, où se tissent la singularité et l’universel.
Invitations à explorer, à questionner son propre chemin faisant… à penser son agir pour produire l’œuvre de sa vie, pour et par sa vie. Invitations à discerner globe et monde, et donc globalisation et mondialisation. La technologie contribue à la globalisation par une extension de l’homogène, une diversité croissante des circulations, des informations et connexions. Entrer en humanité, c’est contribuer à transformer le globe en monde, à donner sens. Pour cela, la mondialisation – ne devrions-nous pas dire la « mondialoguisation » ? – c’est valoriser la diversité, la multiplicité, la rencontre, l’échange et ainsi l’altérité présente en nous-mêmes.
Contribuer au métissage du monde.
Chemins Faisant
Ceux de la vie, de l’exploration, du regard, de l’éveil, de la contemplation, du penser l’agir, de la création.
À tous les âges.

Michel Bernard, directeur de la collection

COUV-LEQUATIONPremier livre de cette collection :
L’équation, une vie d’une rive à l’autre
de François Lupu,
avec une préface de Boris Cyrulnik.